Son implication au sein de Chronimed

Proche du prof. Luc Montagnier, cette médecin radiée a joué un rôle central au sein de Chronimed, qui est au coeur d’un scandale de prescription de cocktails d’antibiotiques, antifongiques et antiparasitaires au long cours à des enfants autistes pour tenter de les « guérir », une pratique épinglée par les autorités de santé et dont les dangers ont été clairement pointés.

Membre fondateur de Chronimed, elle a co-créé ce groupe de travail avec le prof Montagnier et Rueff en 2009. L’association, qui ne s’est constituée qu’en 2012, prétend avoir révolutionné l’approche thérapeutique de l’autisme.

Elle est mentionnée comme inventeur dans le brevet de Montagnier qui détaille le traitement Chronimed

Praticienne DAN! (Defeat Autism Now)

Déjà avant les débuts de Chronimed qui datent de 2009, elle était praticienne DAN (Defeat Autism Now), un autre groupe de médecins qui a défrayé la chronique pour ses pratiques pseudoscientifiques et abusives. (Plus d’infos dans mon article sur ce sujet).

Dans les archives du Web, on peut voir son site Web tel qu’il était en 2003, mettant en avant toutes sortes de pseudo-remèdes de l’autisme.

Autres domaines d’intérêt

Sur le site Web de l’association Ariane qu’elle a fondée, d’autres domaines thérapeutiques sont mentionnés : Alzheimer, Parkinson, Sclérose en plaques, sclérose latérale amyotrophique. Elle a aussi proposé une thérapeutique pour le cancer.

Radiée de l’Ordre mais propose des consultations

Elle a été radiée de l’Ordre des médecins en 2010 « en raison des traitements trompeurs qu’elle proposait aux familles d’enfants autistes ».

Pourtant, elle apparaissait encore tout récemment sur Doctolib en tant qu’homéopathe (!). En 2019, elle proposait des consultations facturées 160 euros

Un livre publié en 2016 confirme qu’elle est « établie » à Paris.

Je dois une reconnaissance particulière à la docteure Corinne Skorupka, médecin établie à Paris et à Genève – ma ville natale -, auteure du livre Autisme, on peut en guérir, créatrice du site www.filariane.org et cosignatrice de la préface du petit livre que vous avez en main.

Dr Françoise Berthoud, dans Autisme : le grand espoir d’en sortir

Sur les réseaux sociaux, où l’on trouve de nombreuses allusions à ses pratiques, plusieurs personnes ont également mentionné qu’elle exerce toujours et il est même question de prescriptions de médicaments.

Promesses de guérison de l’autisme

Elle fait miroiter la possibilité d’une guérison totale de l’autisme en 2 ou 3 ans, mais à condition que l’enfant soit pris suffisamment tôt.

Source

Ses livres

Elle est l’auteure principale du livre, Autisme, on peut en guérir, préfacé par Luc Montagnier. Il contient un chapitre de Lorène Amet.

Des extraits sont disponibles en prévisualisation ainsi que le sommaire :

Son deuxième livre, aurait presque le même contenu que le premier, avec juste un nouveau titre, Autisme, un nouveau regard, (15/05/2017) selon un commentaire de lecteur.

Ses conseils

Parmi les « remèdes » sans fondement scientifique qu’elle propose, en association et non isolément :

  • antibiothérapie au long cours, parfois même par voie injectable
  • Parmi les antibiotiques : azithromycine, vancomycine (normalement réservée à l’usage hospitalier), ceftriaxone (=Rocéphine)
  • de l’hydroxychloroquine (=Plaquenil) ! Source : page 57 Le puzzle de l’autisme. Avec l’azithromycine, c’est le remède miracle de Didier Raoult pour le Covid
  • antifongiques (Triflucan, Flagyl…)
  • antiparasitaires
  • plusieurs régimes, entre autres le régime GAPS qui est extrêmement restrictif et pas dénué de conséquences néfastes sur la santé
  • argent colloïdal
  • injections de méthyle B12
  • chélations chimiques avec DMPS (médicament non autorisé en France, ni aux USA), DMSA, EDTA (par intraveineuse) normalement destinées aux victimes d’intoxications grave. Voir mon article mentionnant les dangers de cette approche et exposant la pseudoscience.
  • cellules souches (thérapie risquée hors de prix)
  • oxygénation hyperbare
  • le GcMAF (Des laboratoires clandestins produisant ce faux médicament ont été démantelés en Normandie). Corinne Skorupka prétend que le Dr Jeffrey Bradstreet, médecin DAN!, qui a traité 1000 enfants autistes avec ce produit aurait obtenu de bons résultats dans 85% des cas et aurait obtenu un taux de guérison totale de l’autisme de 15% (source)

Perles tirées de son livre

  • « la recherche est aussi un art intuitif »
  • « un regard fuyant est le signe d’une carence en vitamine A »
  • « revenez au téléphone filaire »
  • « n’autorisez pas les enfants à rester de façon prolongée à moins de 2 mètres d’un appareil électrique »

Facteurs d’autisme qu’elle mentionne

  • l’intoxication au mercure (voir Debunk ici)
  • la multiplication des ondes électromagnétiques
  • « l’ADN d’agents infectieux » … qui « émettent des signaux sous forme d’ondes électromagnétiques » qu’on retrouve chez les enfants autistes, mais pas chez les autres » (théorie du prof. Montagnier)

Un essai clinique contraire à l’éthique

En novembre 2010, elle participe à un congrès de médecine quantique. On apprend qu’elle mène une étude en Grande-Bretagne sur 50 enfants à la recherche de « signaux électromagnétiques ». C’est contraire à tous les principes éthiques étant donné que c’est de la pseudoscience et qu’un traitement est administré. On peut se demander si elle a obtenu l’accord d’un comité d’éthique

Source

Commentaire du physicien Claude Aslangul : « Affirmer que le puzzle
de l’autisme relève du quantique est un véritable scandale en ce qu’il s’agit alors de donner de faux espoirs à des personnes rendues vulnérables… Profiter de la méconnaissance d’une théorie certes hermétique mais validée en la récupérant de façon indigne par des sornettes pour soulever abusivement de faux espoirs de guérison relève du charlatanisme. »

Dans une interview qui lui est accordée en 2015, elle mentionne aussi une étude qui n’a jamais été publiée :

Je me suis rapprochée de Luc Montagnier sur la question de la piste infectieuse et du stress oxydatif. J’ai organisé un colloque avec des médecins et des chercheurs. Cet événement a donné naissance au groupe Chronimed, à l’Unesco. Entre 2011 et 2013, nous avons formé avec le Pr Montagnier un groupe test de cinquante enfants avec pour objectif de travailler sur la bactérie Suturella. Nous avons montré la présence anormale dans la flore intestinale des enfants autistes de ce micro-organisme habituellement associé aux maladies gastro-intestinales.

C. Skorupka, Principes de santé, 2015

Je ne sais pas s’il s’agit de la même étude que celle mentionnée ici par Luc Montagnier lors de sa conférence au congrès antivax AutismOne de Chicago, mentionnant la participation de C. Skorupka.

Voir la vidéo (durée 1h15 – en anglais)

Montagnier à AutismOne. EMS = electromagnetic signals

Elle mentionne sa collaboration active à cette étude contraire à l’éthique dans son CV

Congrès et conférences

La vidéo d’une conférence du Dr Skorupka au Congrès Sortir de l’autisme de 2016 est disponible en ligne sur le site du Congrès Sortir de l’autisme (cliquer sur « Voir la VOD » pour un accès gratuit. Un code de réduction sera appliqué)

C. Skorupka a organisé un autre colloque à Genève en 2016. Une des interventions était dédiée à l’anthroposophie.

Etude sur la chélation

Une étude « rétrospective » a été menée à sa clinique sur 269 enfants de sa clinique à Paris entre 2002 et 2004. Un traitement expérimental a été proposé à ces enfants, le DMSA, qui est un chélateur chimique. La publication est disponible en ligne. Les porphyrines urinaires dont il est question n’ont jamais été reconnues comme marqueur d’intoxication au mercure par la communauté scientifique.

Quelques témoignages et avis sur le Dr Skorupka

(cliquez pour agrandir et faire défiler les captures d’écran)

Sources

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *