Chronimed pour l’autisme, ou des troubles associés ?

Un argument souvent avancé par les partisans de cette approche pseudoscientifique est que les autistes seraient sujets à des troubles associés et que le but serait juste de les traiter. Ils embrayent alors sur le sujet du microbiote et des troubles gastro-intestinaux qui affectent plus de personnes autistes que non autistes.

Un traitement potentiellement délétère pour le microbiote

Cependant, les cocktails d’antibiotiques, antifongiques, antiparasitaires, parfois associés à d’autres médicaments encore, utilisés à très long terme (des mois ou des années) ne sont pas reconnus pour soigner le microbiote. Certains risquent d’être délétères sur ce plan. Voir par ex. cette étude :  Long-term impacts of antibiotic exposure on the human intestinal microbiota  ou cet article de vulgarisation : Antibiotiques : attention aux impacts sur la flore intestinale

image 262

Pour lire un article de vulgarisation sur le clostridium difficile : cliquez ici

Un traitement pour Lyme

Les cocktail médicamenteux sont ceux employés par certains médecins pour la maladie de Lyme (adhérant à la notion de Lyme chronique). Ils ne sont d’ailleurs pas conformes aux recommandations officielles de la HAS ou des sociétés savantes pour la maladie de Lyme non plus et n’ont pas été validés par des études cliniques.

Vous pouvez consulter une liste de médicaments qui ont été utilisés par Chronimed pour l’autisme ici : liste de médicaments Chronimed

Il existe une (seule) étude de cas de traitement Chronimed qui a été publiée dans une revue médicale. Il suffit de la parcourir très rapidement pour se rendre compte qu’il s’agit de traitement pour la maladie de Lyme, mais visant bizarrement la guérison de l’autisme (!). Pour plus d’infos cliquez ici

99% des autistes seraient-ils touchés par la maladie de Lyme, une maladie transmise par les tiques, ou certaines co-infections de la maladie de Lyme ? Car effectivement, quasi tous les autistes sont ciblés par Chronimed (pour plus d’infos, cliquez ici). Les arguments avancés ont été réfutés de longue date. Je vous renvoie à la partie « études » de l’article Debunk de Chronimed

C’est la guérison de l’autisme qui est visée

Dans les faits, l’objectif clairement affiché, c’est la guérison de l’autisme en tant que tel. Des résultats sous formes de pourcentages de guérisons, non vérifiés, ont même été diffusés.

Deux textes du professeur Montagnier, postés sur son site Web, recadrent facilement le débat :

« Sommes-nous encore en France, le pays des Claude Bernard, et Louis Pasteur ? Ou bien sommes-nous revenus au pays des Diafoirus, dans une dictature intellectuelle stérilisant toute avancée médicale qui dérange ?

Une maladie terrible, qui touche de plus en plus le comportement d’enfants en bas âge, l’autisme, est proclamée irréversible, et ce serait donc un sacrilège que d’essayer de les guérir, mais oui, et au plus vite !

C’est pourtant ce qu’un groupe de médecins généralistes ont tenté de faire, avec un succès certain, sur plus de 200 enfants autistes, par des traitements simples avec des médicaments connus.

J’ai tenu à être leur porte-parole devant mes pairs de l’Académie de Médecine, appuyant leurs résultats par des études de laboratoire détectant des agents infectieux.

C’en était trop pour certains, qui ne pouvant nier l’essentiel, les améliorations spectaculaires d’enfants autistes, reportent leur fiel dans des attaques ad hominem.« 

Luc Montagnier

« Il existe dans le sang de la plupart des enfants autistes – mais pas chez les enfants non atteints – des séquences d’ADN émettant spécifiquement dans certaines conditions des ondes électromagnétiques. L’analyse par les techniques de biologie moléculaire à notre disposition nous permet de les identifier comme provenant d’espèces bactériennes connues. Cette corrélation, établie maintenant sur plus d’une centaine d’enfants d’origine européenne, ne prouve pas naturellement une relation de causalité. Cependant, une approche thérapeutique, d’abord commencée indépendamment par un groupe de cliniciens puis maintenant effectuée en conjonction avec les observations de laboratoire, renforce l’idée que des infections bactériennes systémiques jouent un rôle dans la genèse des symptômes d’autisme.

Nos médecins généralistes ont en effet observé qu’un traitement de longue durée, constitué par des cures de combinaison d’antibiotiques connus, induisait dans 60 % des cas une amélioration considérable, parfois même une disparition complète des symptômes, l’enfant pouvant mener une vie familiale et scolaire normale. Ces traitements entrainaient conjointement la disparition des signaux électromagnétiques du plasma liés à de l’ADN bactérien. »

Luc Montagnier

Les preuves des promesses de guérison de l’autisme dans un article à part :

Je vous conseille aussi de parcourir les articles de presse, de blogs à charge : Revue de presse sur Montagnier et l’autisme

Autisme et microbiote

Concernant les troubles associés à l’autisme dans la sphère gastro-intestinale, une nouvelle étude montre que c’est le régime alimentairen qui peut être ultra sélectif parfois, qui est impliqué dans les différences constatées sur le plan du microbiote. Il s’agirait donc d’une conséquence et non d’une cause à traiter, et encore moins avec des médicaments potentiellement délétères pour le micobiote.

Suzanne Ruhlmann
Suzanne Ruhlmann

Lanceuse d'alerte - contre les faux traitements de l'autisme

Publications: 45