Lyme, autisme, même combat ? La lutte contre une bactérie, borrelia, focalise toutes les passions, il suffirait de bombarder ces micro-organismes de médicaments combinés pendant suffisamment longtemps pour venir à bout d’un trouble de développement. Il s’agit bien entendu de Fake News, mais la réalité pire encore :

Des sources pas crédibles

image 58

Un militant en vue prétend que l’autisme serait souvent du à la maladie de Lyme. Passons en revue ses sources :

  • Un site américain Lyme induced Autism, qui est hors ligne depuis une éternité étant donné que des études ont réfuté cette pseudoscience
  • Un mini-reportage de 4 minutes non étayé qui fait de la promotion de la pseudo-science :

Un extrait d’un reportage américain local datant de 2011 qui donne foi au discours d’un praticien et au témoignage d’une mère qui pense que si sa fille avait bénéficié de ce pseudo traitement plus tôt, elle s’en serait sortie.

Un autre argument, ce sont des témoignages, malheureusement introuvables :

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est militants-Lyme-autisme.png.

Les effets secondaires seraient bon signe

Dans leur vision, les effets secondaires sont des herx ou Herxheimer, « une réaction qui serait due à la libération, dans l’organisme du malade, du contenu des germes détruits par les antibiotiques (pénicilline), qui provoquerait des phénomènes toxiques ou immunologiques » (définition Larousse).

image 69

Traitement d’épreuve ?

Pour mener des études, il faut des autorisations :

Aspects législatifs des essais cliniques

Pour les obtenir, il faut en justifier le risque pour les patients et le coût qui est considérable, ainsi qu’un protocole avec une méthodologie sans faille respectant les bonnes pratiques.

AL 1

Sans études, on ne peut pas parler de stade expérimental, ni de science. Et faire des expérimentations hors protocole sur des milliers d’enfants, c’est grave. Ce qui est dramatique, c’est toute cette désinformation. L’urgence, c’est de stopper cette maltraitance médicamenteuse et tout ce non sens

AL 2

Il y a le problème du déni des effets secondaires, des risques, et aussi des allégations sans fondement. On agite le spectre de la peur, on culpabilise pour mieux manipuler

Allégations sans fondement

Malheureusement, les convictions sont fortement ancrées

AL 4
militants Lyme autisme

Les médecins dissidents qui proposent ces faux traitements sur la base de fausses promesses sont présentés comme des héros

image 63

Une autre dérive dangereuse, la promotion du MMS

Heureusement, beaucoup ne cautionnent pas le MMS, équivalent de Javel industrielle prôné comme faux remède miracles d’une longue liste de maladies incurables.

image 64

Un traitement inutile ne serait pas de la maltraitance

RJ mensonge

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *