|

Christian Perronne et ses croyances sur l’autisme

Souvent sur le devant de la scène médiatique, Christian Perronne n’évoque jamais le fait qu’il est l’un des membres fondateurs de Chronimed. Ce groupe de médecins autour de Montagnier vise la guérison de l’autisme avec des cocktails d’antibios, antifongiques, antiparasitaires au long cours. Ce « traitement » de l’autisme est basé sur l’hypothèse de bactéries détectées par un test dont la validité est contestée par la communauté scientifique. Montagnier avait fait l’annonce suivante à l’Académie de médecine en 2012 :

https://web.archive.org/web/20130313081740/http://montagnier.org/Autisme-la-piste-microbienne

Le nom de Christian Perronne figure sur le PV de l’assemblée générale constitutive de l’association Chronimed en 2012, lorsqu’ils ont formalisé leur travail en commun, qui avait déjà démarré en 2009 :

Statuts de l’association W751213426 ‎

Un essai thérapeutique « personnel » sur 97 enfants a été réalisé par des membres de Chronimed.

Notez l’âge minimal d’inclusion de 15 mois

https://web.archive.org/web/20201127072258/http://associationlymesansfrontieres.com/wp-content/uploads/Autisme_Lyme_Strasbourg_8juin__2014public-1.pdf

Quelques extraits du livre de Christian Perronne, La vérité sur la maladie de Lyme :

https://tinyurl.com/yxdfesjv
https://tinyurl.com/yxdfesjv

Lors d’une conférence en 2019, face à une assistance de 800 personnes il tient des propos incroyables

(extrait d’1 minute dans cette vidéo à 2h 04 min 0s): 

https://www.youtube.com/watch?v=hXDy9jFFzSc&feature=youtu.be

Transcription

Question : « Peut-il y avoir un lien entre Lyme et l’autisme ?

C. Perronne : « …Il est indéniable qu’il y a des enfants autistes qui s’améliorent de façon incroyable, qui guérissent aux antibiotiques et plus ou moins antiparasitaires, autres anti-infectieux. Et même les médecins qui s’occupent de ça ne disent pas que c’est que des Lyme. Il y a peut être des Lyme là-dedans, d’autres microbes. On sait que dans l’autisme il y a une perturbation aussi de la flore digestive. Il y a peut-être d’autres facteurs infectieux, c’est sûr. Eux, ils disent qu’ils ont de bons succès avec des Lyme précoces récents, que ça marche moins bien quand l’autisme est installé depuis longtemps. J’avais essayé de les aider à publier ou à monter des études scientifiques. Malheureusement, ça n’a pas pu se faire… »

Réponses à des questions que je lui ai posées

Le 30 juin 2018, j’ai eu l’occasion de l’interroger moi-même sur son positionnement par rapport aux antibiotiques pour l’autisme lors d’une conférence à Strasbourg. Je m’attendais à ce qu’il condamne ces pratiques, mais ce n’était pas le cas, bien au contraire.

Quelques extraits choisis :

C. Perronne : Moi, je suis convaincu que ça marche parce que j’ai rencontré un groupe de médecins qui le faisaient (…) Je connais des médecins qui en ont soigné, qui en ont guéri (…) Je sais qu’ils font souvent des traitements un peu séquentiels d’azithromycine, de fluconazole, … C’est très empirique tout ça, mais il y a quand même beaucoup de médecins qui ont soigné beaucoup d’enfants autistes.

SR : Ca m’inquiète quant aux effets secondaires parce qu’il y a beaucoup d’enfants non verbaux ou qui ne savent pas s’exprimer, parce que je pense que ce n’est pas anodin de donner autant de médicaments pendant une si longue durée à des enfants. Ce qui m’étonne, c’est quand même une approche typiquement française, on n’a jamais entendu parler d’une telle approche dans aucun autre pays que la France

C. Perronne : Les médecins français sont souvent plus libres (…). Aux Etats-Unis ils sont obligés de suivre des normes (…) C’est donc la médecine anglo-saxonne, (…) En Angleterre, vous ne pouvez pas faire ce que vous voulez. Un médecin qui oserait soigner des autistes, il serait radié immédiatement. En France, c’est beaucoup plus libéral. Quand même, on laisse de la place aux initiatives personnelles. Mais les médecins qui font ça, eux-mêmes, ils aimeraient que ce soit étudié. Les parents autistes ne veulent pas entendre parler (..) d’infection. (…). Je n’arrive pas à comprendre le manque d’ouverture des parents,(…) J’en ai marre qu’ils disent que les antibiotiques, c’est toxique. Avec les antibiotiques, on n’a jamais tué personne sauf cas d’allergie à la pénicilline (…) Sinon, tous les autres effets secondaires sont des effets sur la maladie. (…) Les antibiotiques, ça fait des décennies qu’on en donne.

SR : J’ai déjà vu un antilépreux prescrit plusieurs fois à des enfants autistes (…)

C. Perronne : Le dapsone, ce n’est pas très facile à manier. Il y a des prises de sang à faire régulièrement

SR : Je ne suis pas convaincue que cette approche soit fondée (…). Dans aucun pays, on n’a fait d’étude.

C. Perronne : Moi, j’ai vu des bases de données, il y a des centaines d’enfants autistes qui ont été guéris !

SR : Il y a une étude publiée sur l’incidence de Lyme parmi les autistes, qui a réfuté le lien entre Lyme et autisme

C. Perronne : La prévalence de Lyme, c’est basé sur les méthodes de diagnostic actuelles (…)

SR : Il y a des personnes qui affirment que 100% ou 99% des enfants devraient être traités pour Lyme alors qu’ils sont juste autistes.

C. Perronne : (…) Beaucoup d’enfants autistes, c’est les femmes qui ont eu une infection pendant leur grossesse (…) C’est peut-être d’autres bactéries, d’autres parasites. (…) le traitement antibiotiques pour tous les autistes, après si ça ne marche pas chez certains
(…)

En 2012 déjà, il avait soutenu Chronimed ouvertement à l’occasion d’un reportage diffusé au journal TV de France 3 :

https://www.lymedisease.org/news-treating-autism-antibiotics/

Selon une source (à vérifier), des traitements non reconnus de l’autisme seraient menés à l’hôpital de Garches sous sa direction.

Le remède miracle du professeur Raoult a été retrouvé sur des ordonnances Chronimed

Sachant que Christian Perronne, membre fondateur de Chronimed, a aussi été l’un des soutiens les plus inconditionnels de Didier Raoult, il est intéressant de noter que le remède du prof Raoult à base d’hydroxychloroquine (Plaquenil) et azithromycine (Zithromax) a été prescrit pour « guérir » l’autisme par un autre praticien du groupe Chronimed. J’ai trouvé cette ordonnance dans le récent documentaire de Complément d’Enquête sur les remèdes alternatifs de l’autisme.

https://www.francetvinfo.fr/replay-magazine/france-2/complement-d-enquete/complement-d-enquete-tous-docteurs-quand-la-medecine-n-a-pas-de-reponse_3714053.html

En effet, les médecins Chronimed prescrivent parfois le remède miracle du prof. Raoult (hydroxychloroquine / azithromycine) pour le traitement d’infections « froides » parmi lesquelles l’autisme (!!!) selon eux :

https://sante-prevention-sud-ouest.jimdofree.com/app/download/10874663195/Colloque+Tlse+19+11+16+-+RAYMOND+-+quels+ABT+pour+quelle+clinique.pdf?t=1485102553
https://sante-prevention-sud-ouest.jimdofree.com/app/download/10874663195/Colloque+Tlse+19+11+16+-+RAYMOND+-+quels+ABT+pour+quelle+clinique.pdf?t=1485102553

Il serait temps que les médias s’intéressent à ce scandale, mais c’est plus facile de mettre en avant un personnage médiatique qui dit ce que les gens souhaitent entendre. Il a bénéficié d’un temps de parole disproportionné

Nous payons le prix maintenant, au cœur de la crise du Covid, de cette occupation de l’espace médiatique par un personnage populaire au détriment d’une enquête de fond sur les vrais enjeux. Fallait-il vraiment attendre d’en arriver là ? Christian Perronne a rejoint depuis l’association hautement controversée BonSens et s’est même fait éjecter de la FFMVT (Fédération Française contre les Maladies Vectorielles à Tiques) dont il était co-fondateur et vice-président. Il occupe par ailleurs un rôle central dans le film complotiste Hold-Up et s’est fait remarquer par son soutien inconditionnel au professeur Raoult et ses déclarations problématiques dans son dernier livre « Infections cachées, vies brisées. https://www.lemonde.fr/m-le-mag/article/2020/11/18/qui-est-vraiment-christian-perronne-medecin-referent-des-complotistes_6060208_4500055.html Tout cela n’est pas sans conséquences. Il est maintenant poursuivi par l’Ordre des Médecins.

Les croyances fantaisistes et pratiques déviantes en matière d’autisme auraient pu être un signal d’alarme suffisant. Espérons que la prochaine fois, on y fera plus attention.

Voir aussi cet article de Leonid Schneider : https://forbetterscience.com/2020/10/26/christian-perronne-and-other-chronic-lymericks/

Et celui d’Alexander Samuel : https://rechercheindependante.blogspot.com/2020/05/le-reseau-raoult.html

A lire également

3 Commentaires

  1. Bonsoir madame,
    Je souhaite réagir à votre publication sur le traitement contre l’autisme par antibiotiques, antifongiques etc.
    Ma première question : Êtes vous médecin vous même ?
    Seconde question : Avez vous un enfant autiste ?
    Dernière question : Connaissez vous un enfant autiste qui a suivi le protocole de traitement controversé que vous décrivez ? Et pour quel résultat ou conséquence ?

    1. Bonjour, Non, je ne suis pas médecin, je suis mère d’autiste, je ne connais pas personnellement de personnes ayant suivi le protocole Chronimed typique qui combine antibiotiques, antifongiques et antiparasitaires administrés sur le très long terme, en traitement pulsé mais j’étais infiltrée dans des groupes Facebook envoyant les parents chez les praticiens de cette mouvance et j’ai fait d’innombrables captures d’écran témoignant des dérives et dangers de ces pratiques. J’ai fait aussi des investigations sur le Web en parallèle, pour avoir l’avis de médecins, scientifiques, experts sur ces questions au niveau international.

  2. Bonjour,

    pathétique de la part de ce professeur, les études doivent être encadrées et validés par les autorités, elles seules peuvent permettre de savoir si son hypothèse est valide. Ce genre de professeur fait de la « science » sans test statistique, sans contrôle, au pif au mètre : « ça semble marcher parce que des médecins ont déjà fait et on eu de bons résultats ».
    Quand je lis ça de la part d’un professeur, je fais des bonds (de formation scientifique), c’est quoi de  » bons résultats » sans groupe contrôle ? amélioration dans combien de cas ? comment ils évaluent l’amélioration de l’état de l’enfant ?
    Par ailleurs, son hypothèse est facilement peu réaliste, la flore intestinale est très perturbée en cas de prise d’antibiotique (ou autre biocide), le spectre des antibiotiques n’est pas spécifique aux « mauvaises bactéries ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *