Expérimentation sauvage sur 200 enfants autistes, faux miracle : étude de cas

Un enfant autiste, sujet d’expérimentation sauvage : des antibiotiques étaient à l’étude dans le cadre d’un « protocole » non enregistré dans le registre officiel des essais cliniques. Une étude de cas a été publiée dans une revue médicale, Les Annales Médico-Psychologiques, une revue française de psychiatrie.

Elle est en accès libre ici : Maladie de Lyme, syndrome autistique et traitement antibiotique : une réflexion à partir d’un cas (2013 – à télécharger pour une meilleure lecture)

Le mystère plane sur la manière dont ces travaux ont été menés. Mis à part cette publication qui se focalise sur le cas d’un seul participant, les autres données restent confidentielles. Cela n’a pas empêché ces apprentis chercheurs de vanter leurs résultats extraordinaires de leurs travaux et des associations qui ont pignon sur rue de relayer leur « découverte ». Des milliers d’enfants autistes vulnérables ont bénéficié depuis de ce traitement made in France dans l’indifférence générale. Il s’agit de l’approche Chronimed.

Un traitement lourd testé

Silence radio sur les médicaments utilisés, sauf dans la dernière ligne du texte, dans la partie « Discussions », après la conclusion et les références. On peut supposer qu’il ne faut surtout pas trop attirer l’attention sur ce détail. Il est question de trois antibiotiques, le Zithromax, le Flagyl et le Bactrim, mais rien ne nous assure que cette liste est complète. Ailleurs dans le texte (partie 4), il est question d’un antibiotique associé à un antifongique et à un antiparasitaire or les trois médicaments cités avant ne correspondent pas précisément à cette description.

Le flou règne autour des doses employées. Nous apprenons juste qu’il s’agit de doses majeures, au point que ce traitement est comparé à des chimiothérapies lourdes (p. 715).

En ce qui concerne la fréquence et la durée d’adminitration, plus d’informations sont dévoilées : c’est 20 jours de traitement par mois au moins à un moment donné et que la durée du traitement pour ce sujet en particulier a été d’un an.

Des critères problématiques

Les critères d’évaluation retenus ici ne correspondent en aucun cas à des symtômes ou caractéristiques des troubles du spectre autistique.

  • « Avoir froid »
  • « la qualité du sommeil »
  • « accepte d’accompagner sa mère au supermarché » ,
  • « le jeune de 14 ans « s’intéresse aux discussions familiales »,
  • « les difficultés scolaires peuvent être abordées sans qu’il se mette en colère »
  • test de QI

Les biais de cette expérimentation sauvage

Avant/après : deux tests différents employés

Pour les tests cognitifs, un Wechsler a été fait avant, et les matrices de Raven après. Comment comparer si on n’utilise pas le même outil avant/après ? D’ailleurs, les autistes réussissent bien mieux le test des matrices selon les travaux d’un chercheur en autisme, le prof. Mottron.

Le contexte ici biaise aussi l’évaluation
  • un nouveau collège bien plus adapté
  • orthophonie démarrée en même temps que le traitement
  • l’évolution spontanée.

Des fake news propagées

Citations commentées :

« Le résultat serait à rapprocher de la guérison des leucémies » (page 715)

Cette phrase vient comme un cheveu sur la soupe et contredit l’évaluation qui est faite, montrant des progrès bien plus modestes.

« dans la littérature internationale, il est fait mention de la mise en place de protocoles semblables pour traiter de nombreux enfants. L’amélioration de l’état général de ces jeunes patients serait rapide dans plus de la moitié des cas et notamment chez les enfants les plus jeunes (moins de 7 ans). » (p. 715)

Il n’y a rien de tel dans la « littérature internationale », à moins que ce ne soit dans un roman que je n’ai pas lu. L’on constatera l’absence de mention dans les références à ce sujet.

« Des travaux récents de plus en plus nombreux [1–3,8] suggèrent l’existence d’un lien entre la maladie de Lyme et le syndrome autistique » (p. 712)

C’est faux, voir ci-dessous.

« D’autres incriminent … chutes, vaccinations, choc électrique » [pour l’apparition du syndrome autistique]

Quelle idée de citer des théories antivax et d’autres tout aussi farfelues !

Selon Nicolson, 58% des patients avec autisme présenteraient une sérologie positive aux mycoplasmes

Ce chiffre avancé, outre le fait qu’il n’a jamais confirmée par une équipe indépendante, a été contredit par autre étude. L’auteur cité attribue toutes sortes aux mycoplasmes des vaccins. Plus d’infos sur cet auteur antivax.

Références inadéquates

Des sources tendancieuses :
  • Interview du Dr Philippe Raymond, qui a récemment fait l’objet d’une mesure de radiation par l’Ordre des médecins. Extrait qui révèle un postionnement antivax de ce porte-parole de Chronimed :
  • Une page Web avec un reportage TV promouvant un traitement non éprouvé et relayé des allégations sensationnalistes . Il mentionne 200 enfants traités en 2012.
Publications à côté du sujet

Des sources non pertinentes ou hors sujet sont listées.

Sur les 12 publications citées (p. 71) :

  • (1) (3) (5) (12) L’autisme n’est pas le sujet.
  • (4) (7) (10) (11). Aucune mention de traitement anti-infectieux, de bactéries, de maladie de Lyme
  • (9). Hors sujet
Etudes sujettes à caution
  • (2) Ce ne sont que des hypothèses, publiées dans la revue Medical Hypotheses qui publie des choses tellement farfelues que quelqu’un a dédié un livre à ce sujet
  • 6. (6) Etude sur 5 sujets seulement et pas de groupe de contrôle. Etude réfutée par 2 études bien plus importantes et bien menées. Toute une liste d’autres arguments encore; discréditant totalement cette publication dans une thèse de médecine (p. 74-75)
  • 8. (8) Nicolson trouve un taux de 58% d’infection aux mycoplasmes, 8% de chlamydia pneumoniae dans un groupe de 48 sujets autistes, mais ces chiffres qu’il avance en 2007 n’ont pas été corroborés depuis, et sont même contredits par une étude sur 27.000 sujets. Il pense que ces infections proviennent des vaccins. Pas de rapport avec la maladie de Lyme. Selon cet auteur, selon lui, les mycoplasmes sont à l’origine de nombreux maux et son traitement en est le remède (cf. son site Web). Plus d’infos ici et voir aussi mon article à son sujet.

Qui sont les auteurs ?

  • Pascale Planche est psychologue, enseignante-chercheuse. Elle est l’auteure, entre autres, d’un article sur l’éthique de la recherche et l’intégrité scientifique mais cautionne une expérimentation sauvage sur des enfants vulnérables.
  • Michel Botbol, psychiatre, auteur de nombreuses publications, s’intéresse entre autres à la psychanalyse et au syndrome de Munchhausen par procuration mais ne remet pas en cause un diagnostic aux contours flous d’infections bactériennes dont seraient victimes les enfants autistes, malgré l’absence de preuves en la matière.